Atelier 4 - Mobiliser les entreprises dans les PCET

Introduction

Virginie Rocheteau, Anne Ged














































































































































































































































Bien. Bonjour à tous. Merci d’être venu dans cet atelier. Je crois qu’on attend encore quelques personnes, mais on va quand même démarrer. Donc vous avez vu que ce matin en plénière a été lancée l’idée de travailler beaucoup sur la mobilisation des acteurs.

C’était un sujet qui était au centre des Plans climat et effectivement, cet atelier c’est une nouveauté par rapport au précédent colloque national. On a voulu plus s’interroger sur la mobilisation des entreprises dans le cadre des Plans climat énergie territoriaux.

Donc je me présente, je suis Anne GED, je suis la directrice de l’Agence Parisienne du Climat et je vais donc animer cet atelier, mais pour l’introduire,

je vais passer la parole à Virginie ROCHETEAU de l’ADEME qui est animatrice Stratégie relais entreprises à l’ADEME au niveau national et qui a piloté la réflexion de fond qui nous a permis de construire cet atelier. Donc Virginie.

Bonjour. Donc effectivement, cet atelier comme le rappel Anne c’est un peu une nouveauté. Les plans climat ont commencé, les collectivités ont travaillé d’abord sur ce qui était facile pour elles

Donc là, c’est comment aller vers les entreprises et comment les entreprises viennent vers la collectivité pour travailler ensemble sur ce projet de territoire autour de l’énergie et du climat.

La première question que l’on peut se poser, c’est pourquoi les collectivités ont intérêt à mobiliser les entreprises. Là, je ne vais pas m’étendre, ça a été largement évoqué ce matin. Il y a déjà ces enjeux, on va dire nationaux, du 3x20.

Seules, les collectivités ne peuvent pas atteindre ce 3x20 sur le territoire, donc il faut aussi y associer les entreprises avec les impacts qu’elles ont au travers de leurs activités, mais aussi toutes les solutions qu’elles peuvent offrir pour réduire ces impacts sur le territoire.

Pourquoi aussi ? Parce que la collectivitĂ© est animatrice sur son territoire. Un rĂ´le d’animation y compris sur le dĂ©veloppement Ă©conomique, compĂ©tence qu’elle partage aussi avec les conseils rĂ©gionaux, mais elle a en tout cas cette vocation d’animer cette activitĂ©,

d’animer son territoire parce que c’est de l’emploi, parce que c’est aussi des citoyens qui travaillent sur son territoire. Et puis, dernier point que je voudrais mettre en avant, c’est qu’aussi, en mobilisant les entreprises,

ces entreprises peuvent être aussi des relais pour mobiliser le grand public puisque les salariés des entreprises engagées sont aussi des citoyens, sont aussi des parents, sont aussi des membres d’associations.

Donc, ça peut être aussi un relais en deuxième niveau pour mobiliser les autres acteurs du territoire. Voilà, première question, pourquoi les collectivités ont intérêt à travailler avec les entreprises.

Deuxième, pourquoi les entreprises viendraient et s’engageraient Ă  travailler dans des Plans climats ? La première dimension, c’est d’abord quel est l’intĂ©rĂŞt pour elles en personnel et par rapport Ă  leurs propres activitĂ©s.

C’est pourquoi je mènerais des actions d’efficacitĂ© Ă©nergĂ©tique de rĂ©duction des gaz Ă  effet de serre. 

Et bien c’est d’abord, pour anticiper, anticiper des coûts puisque lorsqu’on parle aux entreprises il ne faut pas refuser de parler rentabilité, compétitivité, gains économiques, c’est le langage du chef d’entreprise, donc il ne faut pas le refuser, il faut l’accepter en tant que tel.

Donc pourquoi l’entreprise elle va sur ces dĂ©marches-lĂ  ? Parce que c’est aussi un moyen de sa pĂ©rennitĂ© sur le territoire et donc aussi de l’emploi des diffĂ©rents salariĂ©s sur le territoire.

L’entreprise, c’est d’abord sa démarche personnelle et pourquoi elle irait, je vais caricaturer, pourquoi elle irait perdre du temps, son temps qui est, vous l’entendrez à la suite avec les différents témoignages, très précieux.

Donc, pourquoi elle irait perdre du temps dans ces dĂ©marches de territoire ? Parce que, ce qui est important Ă  faire passer, c’est qu’à plusieurs on est plus fort, et que pour nĂ©gocier sur des dĂ©marches de transports, sur l’approche dĂ©chets,

c’est plus facile quand on est plusieurs ; et l’on gagne Ă  ĂŞtre dans des approches collectives. Tout ce qui est dĂ©placements des salariĂ©s, finalement, travailler seul sur son PDE d’entreprise ce n’est pas simple, parce que les salariĂ©s sont sur le territoire et hors du territoire.

Voilà pourquoi c’est intéressant pour la collectivité et c’est les arguments qu’on essaie de faire prévaloir pour engager et élargir ces activités propres et internes à l’entreprise vers le collectif et vers le territoire.

Voilà sur les deux grandes questions qui permettent d’introduire cet atelier, je repasse la parole.

Merci. Après avoir posé ces deux grandes questions, vous voyez qu’on a souhaité avoir un atelier qui est relativement dynamique donc il n’y aura pas deux ou trois grandes interventions, mais plutôt des interventions assez diverses pour pouvoir aussi laisser le temps,

une vingtaine de minutes, peut-être un petit peu plus, pour pouvoir dialoguer ensemble et échanger. L’échange et la bonne compréhension et le partage des éléments de langages entre les entreprises

et les collectivités territoriales sont des éléments vraiment essentiels de la réussite de la mobilisation des entreprises dans les PCET. Une fois que cette première introduction par Virginie a été donnée, on a souhaité se donner deux autres temps, trois autres temps.

Un premier temps d’abord, qui va tourner autour d’un exemple et d’un binôme entre une entreprise et une collectivité territoriale. Celle qui nous accueille, donc de Nantes Métropole, qui sera un premier témoignage,

un premier bloc de témoignages sur les freins et les leviers, sur les conditions et pourquoi et comment une entreprise s’engage et comment la collectivité a construit son argumentaire pour favoriser cela.

Et puis après, on aura plusieurs témoignages qui sont ici et qui vont de territoire, c’est autour des Pays de la Baie Saint-Michel, donc là aussi, un binôme entre la CCI et la collectivité territoriale.

Deux exemples de grandes entreprises : le groupe La Poste et Veolia, et puis pour terminer, une intervention de M. CUEFF qui est prĂ©sident de la CommunautĂ© de commune de Val d’Ille, Ă  cĂ´tĂ© de Rennes, dans le pays de Rennes qui terminera ces prĂ©sentations.

Et puis, on aura une vingtaine de minutes de questions et de dialogue avec vous parce que c’est vraiment ça qu’on aimerait voir. On aimerait à la suite de ça un peu approfondir notre argumentaire sur ce sujet.

Afficher par :   nom