Atelier 3 - Accélérer la rénovation thermique globale des logements sur le territoire

Introduction

Elise Gaultier














































































































































































































































Bonjour à tous, on va commencer l’atelier. Ça fera, comme on dit, venir les derniers. J’espère quand même que vous avez eu le temps de prendre un bon café.

On a la lourde tâche d’introduire cet après-midi avec un sujet assez technique, mais qui est d’une actualité vraiment très prégnante et peut-être qu’on ne s’en doutait pas au moment où on a inscrit ce sujet-là avec l’ADEME dans le programme de ce colloque.

Pour ma part, je suis Élise GAULTIER. Je suis responsable territoire durable au Comité 21 qui rassemble des entreprises, des collectivités locales, des associations,

des établissements d’enseignement supérieur et des médias dans la mise en œuvre de leur démarche de développement durable sous l’angle de la mobilisation des acteurs en faveur du développement durable et du territoire.

J’ai le plaisir, pour cet atelier sur « AccĂ©lĂ©rer la rĂ©novation thermique globale des logements sur le territoire Â» d’être entourĂ©e de quatre intervenants : Julien BERTHIER tout d’abord, chef de projet de la SEM « Energie posit’if Â».

Chef de projet Ă  la rĂ©gion Ile-de-France et en charge de cette SEM, « Energie posit’if Â» qui va ĂŞtre crĂ©Ă©e fin 2012, dĂ©but 2013 et que vous allez nous prĂ©senter tout Ă  l’heure.

Philippe BERTRAND, chargé de mission Environnement Énergie à la communauté de l’agglomération Grenoble Métropole. Vous nous présenterez la campagne Mur/Mur qui existe depuis un certain nombre d’années déjà et qui touche sur la rénovation thermique des copropriétés.

Frédérick MABILLE, vous êtes directeur Énergie à la Communauté urbaine de Dunkerque. Vous êtes peut-être même l’un des rares directeurs Énergie en France. Je ne suis pas sûre d’en avoir beaucoup dans les collectivités, mais… d'accord.

La moitié des Communautés urbaines déjà. Vous interviendrez sur les zones d’intervention prioritaire pour le climat. Un dispositif qui a été mis en place à la Communauté urbaine de Dunkerque.

Et nous avons aussi le plaisir d’accueillir Stéphane BENASLI. Vous êtes notaire, représentant ici de la Chambre des Notaires de Loire Atlantique. J’ai fait un certain nombre de colloques sur le développement durable et sur l’énergie.

Je vais peut-être paraître naïve en disant ça, mais c’est la première fois que j’interviens avec un notaire ou que je vois intervenir un notaire. Bienvenue dans le champ des parties prenantes sur les plans Climat Énergie territoire.

En fait, dans cet atelier, dans un premier temps, je laisserai les quatre intervenants présenter différents dispositifs qui permettent d’accélérer la rénovation thermique globale des logements sur le territoire

dans un contexte où les objectifs sont de plus en plus ambitieux sur le nombre de logements rénovés et le contexte financier de plus en plus contraint. Donc on va essayer de faire ensemble des exercices d’imagination pour inventer de nouveaux dispositifs.

Vous avez déjà avancé donc vous nous présenterez un petit peu le fruit de vos premières expériences et vos propositions. Ensuite, nous aurons un petit temps d’échanges avec vous en salle pour que vous puissiez poser vos questions.

Je vous prĂ©cise que cet atelier est enregistrĂ© en vidĂ©o. Ça augmentera le compte-rendu rĂ©alisĂ© par l’ADEME sur ce colloque. Donc au moment de vos questions, je vous remercierai de bien vouloir vous prĂ©senter : votre nom et votre structure.

Dans un premier temps, pour cet atelier, on va peut-être déjà parler des dispositifs existants. L’objectif de rénovation thermique des logements, le Grenelle de l’environnement en avait déjà fixé des objectifs assez ambitieux.

Vous savez que le secteur du bâtiment absorbe 40 % de la consommation d’énergie nationale et produit 25 % des Ă©missions de gaz Ă  effet de serre.

Le Grenelle de l’environnement a fixĂ© un objectif, il a gravĂ© un objectif dans la loi de diminution de 38 % de la consommation d’énergie du parc de bâtiments Ă  l’horizon 2020.

Or finalement, l’enjeu aujourd’hui n’est pas tellement dans la construction de logements performants, mais plutôt dans l’amélioration thermique du bâti existant. Il y a déjà bien sûr des dispositifs d’aide publique incitant à la rénovation thermique des logements.

C’était dĂ©jĂ  un effort important portĂ© par l’État avec les Ă©co-prĂŞts Ă  taux zĂ©ro, les prĂŞts Ă  taux rĂ©duits mais l’intention est très forte notamment dans un secteur : celui des logements sociaux.

Les objectifs Ă©taient de rĂ©nover 20 000 logements sociaux chaque annĂ©e Ă  compter de 2013 selon le Grenelle afin de renouveler Ă  terme l’ensemble du parc : 800 000 logements sociaux Ă  rĂ©nover.

Et bien sûr, la conférence environnementale apporte de nouveaux objectifs qui sont vraiment très forts. Donc, depuis quelques années pour atteindre cet objectif sur un environnement, des dispositifs ont été lancés, imaginés et notamment, sur Grenoble Métropole,

Philippe BERTRAND, vous allez nous présenter un dispositif mis en place à l’intention d’un public qui n’est pas forcément évident à mettre en mouvement parce que c’est finalement un acteur collectif, ce sont les copropriétés.

Est-ce que vous pouvez nous en dire un peu plus sur la campagne Mur/Mur ? Mur/Mur, on pourrait peut-être déjà décrypter ce mot et puis je vous laisse enchaîner sur la présentation de ce dispositif.

Afficher par :   nom