Atelier 13 - Démarches et outils d’évaluation des PCET

Introduction

Claude Bassin-Carlier














































































































































































































































Merci à ceux qui étaient là d’avoir patienté et merci à ceux qui viennent d’arriver d’avoir choisi cet atelier. J’imagine qu’il n’y a pas d’erreur, vous avez bien choisi l’atelier 13 sur les démarches et outils d’évaluation des PCET, qu’il n’y ait pas de malentendu au cours des débats.

Comme vous le savez, les démarches volontaires ou obligées d’évaluation se développent et la culture de l’évaluation se développe dans les démarches PCET, on n’y échappe pas.

Pourtant, simple détail, j’ai un peu regardé les plaquettes des formations proposées par l’ADEME, une demi-journée, 2 jours, voire 3 jours, et même dans celles qui proposent 3 jours de formation, il y a une petite ligne, parmi de nombreuses autres,

c’est la seule petite ligne, c’est : « les démarches d’évaluation de la démarche PCET ». Donc, peu importantes par rapport à tout le reste des démarches, mais pour cela pas moins importantes. L’objectif de cet atelier est bien d’en savoir un peu plus sur ce qui se fait, d’en savoir un peu plus sur ce qui se réfléchit et l’intérêt de toutes ces réalisations.

C’est pourquoi je remercie les 4 intervenants d’avoir pris le temps de venir jusqu’ici, d’avoir discuté avec Peter SZERB, qui est avec nous et qui a été aussi la cheville ouvrière de cet atelier.

Nous aurons, par ordre d’apparition en scène, Laurent GODINEAU, du bureau d’études Explicit, qui est responsable prospective territoriale, Peter SZERB, qui est chargé de mission développement durable et évaluation à Rhônalpénergie Environnement, une agence régionale d’énergie environnement,

Virginie FORMOSA, chargée de mission plan climat de l’Association pour le développement de l’Alsace du Nord, et Anne MICOUD, coordinatrice du syndicat mixte Ardèche verte. J’espère ne pas avoir fait d’erreur ni sur les désignations, ni sur les fonctions.

Bien sûr quelques règles du jeu pour nous : soyez gentils ou vous éteignez ou vous mettez vos portables en mode vibreur par respect des intervenants et des participants.

Quand une question va vous submerger, n’hésitez pas à vous présenter quand même avant en disant votre nom et votre organisme d’appartenance, mais surtout pas un acronyme incompréhensible, essayez de nous expliquer de quoi il s’agit.

Nous aurons des interventions successives, mais avec un moment de questionnement à la fin de chaque intervention. Bien évidemment, l’objectif est d’arriver à 12 h 30 et que nous ayons fini nos échanges.

En conséquence de quoi et en fonction des questions, peut-être me permettrai-je d’ajuster le temps des débats pour qu’on puisse avoir 5 ou 10 mn à la fin de la réunion pour revenir sur les points qui nous auront marqués ou qui poseront un questionnement, ou, au contraire, il y aura des certitudes qui vont ressortir de tout cela.

L’atelier est aussi une information et je crois quand même qu’on peut dire qu’il y a une focalisation sur l’évaluation participative. C’est une volonté qui a été faite dans la construction de l’atelier.

Afficher par :   nom