Ouverture du colloque

Introduction

Christian Galliard de Lavernée, Olivier Pia














































































































































































































































Mesdames et Messieurs, bonjour. J’espère que vous allez bien. Certains nous rejoignent d’assez loin. J’espère que vous avez fait un bon voyage. Bienvenue au centre des congrès de Nantes pour ce deuxième colloque national consacré aux plans climat énergie territoriaux (PCET),

un évènement conçu et organisé par l’ADEME avec le concours d’une dizaine de partenaires, dont les noms et les logos figurent sur l’ensemble des documents qui vous ont été remis. Je m’appelle Olivier PIA, je vais vous accompagner tout au long de ces deux journées.

Cette année, vous le savez, nous avons fêté les 20 ans du sommet de Rio. En 1992, cet évènement avait été l’occasion pour les grands de ce monde de se pencher avec une certaine acuité au chevet de notre planète. Vingt ans plus tard, les bons vœux de nos dirigeants ont-ils été suivis des faits ?

D’après les spécialistes, c’est loin d’être le cas : la biodiversité régresse, l’artificialisation des sols s’accentue et 1,2 milliard d’êtres humains n’ont toujours pas accès à une eau saine.

Faut-il pour autant baisser les bras ? Heureusement, vous ĂŞtes nombreux Ă  penser le contraire et, sur les territoires, je sais que vous montez toutes et tous de nombreuses actions, pour la plupart innovantes.

Ce colloque national PCET est votre colloque. Il est l’endroit idéal pour confronter les idées, partager les expériences, construire ensemble le monde de demain. À plusieurs reprises, que ce soit en atelier ou en séance plénière comme ce matin, nous vous inviterons à poser des questions ou tout simplement à témoigner.

N’hésitez pas à vous saisir du micro qui vous sera tendu à cette occasion. Je vous souhaite à toutes et à tous de très belles journées de travail et vous remercie d’avance de bien vouloir couper vos téléphones portables. Nous allons tout de suite démarrer cette séquence avec une personnalité : il s’agit de Christian de LAVERNÉE, Préfet de la région Pays de la Loire.

Monsieur le Préfet, si vous voulez bien venir au pupitre. On peut applaudir Monsieur le Préfet !
(Applaudissements)

Bienvenue à tous et à toutes dans les Pays de la Loire. Beaucoup d’entre vous viennent d’un peu loin. J’ai le plaisir de représenter pour l’ouverture de vos rencontres Madame Delphine BATHO, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, qui m’a chargé d’un message dont je vous lis le contenu :

« Ne pouvant être parmi vous ce matin pour cette seconde édition du colloque national sur les plans climat énergie territoriaux, je tenais à saluer l’ADEME et toutes les collectivités participantes, ainsi que la ville de Nantes qui sera capitale verte européenne en 2013.

Ce second colloque sur les plans climat énergie territoriaux arrive au bon moment, alors que va prochainement s’ouvrir le débat national sur la transition énergétique après la conférence environnementale des 14 et 15 septembre derniers. La lutte contre le réchauffement climatique,

la volonté de faire de la France la nation de l’excellence environnementale et le développement massif des énergies renouvelables sont des objectifs fédérateurs qui doivent mobiliser l’État, les collectivités territoriales et l’ensemble de la société.

L’ambition du Gouvernement est de développer en la matière des politiques vertueuses pour l’environnement, pour le pouvoir d’achat des familles en réduisant la facture énergétique et pour l’économie en favorisant la création d’emplois et de nouvelles filières industrielles. Cette politique de croissance verte est un levier pour sortir de la crise.

Cette volonté s’appuie sur le partenariat avec les collectivités territoriales. C’est le sens des orientations élaborées conjointement par l’État et les régions à travers les schémas régionaux climat air énergie, qui sont pour la plupart achevés ou en voie de l’être.

C’est le sens, bien sûr, des plans climat énergie territoriaux à la veille de l’échéance réglementaire obligeant à réaliser avant la fin de l’année un plan climat énergie territorial pour les collectivités de plus de 50 000 habitants. Ce sont plus de 450 territoires qui sont engagés dans la démarche et je les en félicite.

Une dynamique est lancée, avec des objectifs et des mesures concrètes, un calendrier et des chantiers prioritaires.
L’État va donner une ampleur nouvelle à ces politiques à travers de grandes priorités arrêtées lors de la conférence environnementale :

– L’efficacité et la sobriété énergétiques avec un plan ambitieux en matière de rénovation thermique de 500 000 logements par an, qui sera mis en œuvre en partenariat avec les régions, mais aussi la création d’un bonus/malus sur la facture d’électricité et de gaz permettant de rémunérer les économies d’énergie de tout un chacun.

– Une stratégie de développement ambitieuse des énergies renouvelables avec, dès à présent, des mesures d’urgence pour soutenir les filières photovoltaïque et éolienne, pour lesquelles l’enjeu est de sauver des emplois, mais aussi de maintenir le fonds chaleur.

– Le développement de la mobilité durable avec le bonus pour les véhicules électriques et hybrides et un programme de déploiement des bornes de recharge et d’incitation à l’usage : le remplacement des flottes de l’État et des collectivités, les parkings et stationnements gratuits, la facilité de péage, etc.

L’engagement de cette transition énergétique et écologique dans un contexte de crise doit permettre d’organiser des filières industrielles, de transformer des territoires et de créer des emplois. Le plan de rénovation thermique et le développement des énergies renouvelables s’inscrira dans cette logique de double efficacité économique et écologique.

Le débat national sur la transition énergétique prolongera ces premières mesures. Il portera à l’échelle nationale un débat citoyen dont les collectivités ont l’expérience. Les conclusions de ce débat engageront le pays tout entier. Elles déboucheront mi-2013 sur un projet de loi de programmation pour la transition énergétique.

Je vous invite à vous engager pleinement dans ce débat citoyen. L’expérience des collectivités et des PCET sera extrêmement précieuse pour structurer ce débat au niveau local et, surtout, mener une réflexion reliant les enjeux nationaux aux expériences et réalisations locales en matière énergétique.

Le colloque qui vous réunit aujourd’hui apportera donc une contribution utile à une réflexion tournée vers l’action pour agir ensemble face à une urgence planétaire, mais aussi construire un nouveau modèle de développement durable et la France de demain. Je vous souhaite un bon colloque. »

Je reprends la parole à titre personnel pour remercier l’ADEME et son Président, Monsieur LOOS, qui nous invitent – ils ont fait un travail formidable,

la preuve en est que vous êtes très nombreux à le suivre – et saluer cette réalité que la France est à ma connaissance le premier pays au monde à avoir créé cette obligation de réalisation de plans climat énergie territoriaux. Pour faire la relation du local au global,

je rappelle que le Président de la République a proposé la candidature de la France pour une prochaine conférence des parties (COP) de 2015, avec tous les pays signataires de la convention de Rio.

J’y vois donc une belle mise en relation de la réflexion planétaire sur ces sujets et de votre travail de terrain dans une boucle très courte et, je pense, très motivante pour vous tous. Merci de votre attention.
(Applaudissements)

Merci beaucoup, Monsieur le Préfet.

Afficher par :   nom